Espace safe de l’ABC-IDF au Grand bal des malfaiteur·rice·s

Vous l’avez peut-être vu : nous venons de publier ici les activités publiques de l’ABC-IDF pour juin et juillet 2019 (mais il y en aura d’autres, alors restez aux aguets !). Le prochain rendez-vous est particulier, et nous aimerions nous fendre de quelques mots à ce sujet.

L’ABC-IDF se chargera de tenir un “espace safe” au Grand bal des malfaiteur·rice·s en soutien aux inclupé·e·s de Bure (annonce du bal ici). Un espace safe est un espace sécurisant et sécurisé où peuvent trouver du calme, de l’aide ou du soutien les personnes qui se sentent mal à l’aise dans un événement, pour une raison ou une autre : agression, mauvais souvenir, trop de monde, rencontre malheureuse, etc.

Cette activité nous paraît cohérente et prometteuse pour différentes raisons :

  • Premièrement, c’est l’occasion de réaliser quelque chose avec les copain.es de Bure et leurs soutiens. Comme indiqué dans notre présentation (ici), nous nous réjouissons de l’entraide entre groupes, et c’est donc avec plaisir que nous mettons la main à la pâte du Grand bal des malfaiteur·rice·s.
  • Deuxièmement, l’initiative d’un espace safe nous paraît bienvenue voire nécessaire. Plusieurs d’entre nous ont fait l’expérience malaisante et déprimante, en tant qu’orga ou visiteu.r/se, d’espaces safe vides ou sans activité (difficile de faire vivre un espace safe quand on doit déjà gérer un événement !), nous sommes donc ravi.es à l’idée de remplir celui-ci de vie et d’activités militantes. Au programme, plusieurs points qui, vous le savez déjà, nous tiennent beaucoup à coeur :
    1. La gestion et la lutte contre le stress post-traumatique, bien connu des rebelles (nos articles sur le sujet ici et ici). Vous trouverez de la documentation, des techniques ainsi que des personnes à qui parler.
    2. Parce qu’un espace safe est un excellent endroit pour apprendre à se défendre, nous proposerons une mini-formation en autodéfense numérique avec posters et discussions (nos articles sur le sujet ici et ici).
    3. Se sentir mal à l’aise dans un événement politique ne doit pas conduire à abandonner les activités politiques : nous proposerons un atelier d’écriture aux détenu.es au sein de l’espace safe. Cet atelier sera conçu comme un atelier d’écriture « rapide » (voir notre bilan du dernier atelier d’écriture ici ), c’est-à-dire avec jeux d’écriture, affiches, cartes postales, dessins rapides, etc. Nous souhaitons lui donner une tonalité « buresque » en privilégiant comme destinataires Pierre Robert et Loïc.

Venez nombreu.ses/x au Bal et n’hésitez pas à passer à l’espace safe !

Bisous noirs (si consentis) !